lundi 3 juin 2019

JR au Louvre et le secret de la Grande Pyramide ♦ Paris



Fin mars, le musée du Louvre célébrait les 30 ans de la pyramide qui trône dans sa cour principale.
A cette occasion ils ont encore fait appel à l'artiste JR qui a réalisé un magnifique trompe-l’œil en papier où la pyramide s'enfonce dans un gouffre gigantesque.



L'illusion n'était vraiment visible que depuis certains balcons du musée, non accessible au public.
Elle n'était appréciable que sur des photos et sur un écran géant présent sur le site.

Au sol c'était une tout autre impression qui se dégageait. Les formes étaient déformées à l’extrême, me donnant la sensation d'être sur une rivière en mouvement.
Les illusions sur les petites pyramides étaient elles parfaitement appréciables vue du sol.



Les petites pyramides.



Mais l'effet vraiment inattendu était la dégradation de l’œuvre.
Sa fragilité venait de sa nature même : du papier et de la colle.
Le soleil et la forte chaleur de ce week-end a fait se décoller des morceaux, quand d'autres ont été arrachés par des visiteurs peu scrupuleux ou juste par le passage répété des badauds.

J'ai adoré observer les gens qui prenaient des photos mais en même temps je me suis énervée sur un pauvre mec qui découpait des morceaux immenses pour les glisser dans son sac ( pour les revendre?).

Le vent faisait parfois danser tous ces petits papiers dans un magnifique ballet.

Une atmosphère de fin du monde se dégageait de l'endroit et c'était fascinant à observer.
J'ai moi-même ramassé des bouts déjà abîmés que j'ai gardé précieusement depuis.

 

Il y a eu beaucoup de polémique autour de cette œuvre et j'ai adoré la façon de répondre de JR.

D'abord il y avait l'aspect écologique qui pourtant a été pris en compte puisque le papier a été récupéré et recyclé et surtout qu'il était imprimé avec de l'encre non toxique.

Ensuite c'était l'aspect éphémère qui sonnait comme une arnaque mais qui pour l'artiste faisait partie intégrante de l’œuvre : « The images, like life, are ephemeral».
Personne ne pouvait prédire comment cela évoluerai ( tellement de facteur à prendre en compte ) et c'est justement ça qui était beau.
J'ai moi-même beaucoup râlé sur les gens qui déchiraient des morceaux.
Pour JR cela faisait aussi parti de son œuvre, les morceaux emportés (qu'importe la manière) peuvent continuer à vivre ailleurs. Il a d'ailleurs beaucoup montré en story instagram comment les visiteurs les ont subtilisés et ce qu'ils en ont fait après.
Il y avait aussi une vidéo montrant un petit garçon de deux/trois ans aidant un agent d'entretien a ramasser les papiers par terre.

L'autre point de discorde était que l'installation a été faite par des bénévoles, donc accusation d'exploitation mais il est bien noté que c'est une œuvre participative. C'est chouette aussi un projet qui se base sur l'entraide.

Après je ne suis pas naïve, il y a peut-être du vrai dans ses accusations et un peu d'angélisme de la part de JR. Mais on peut aussi essayer de voir au-delà des choses et s’émerveiller quand des gens tentent des projets un peu différents. Cette œuvre était aussi une expérience dont on ne connaissait pas entièrement le résultat à l'avance.

 

Bref, j'ai adoré l'exploit en lui-même de ce trompe-l’œil géant mais aussi tout ce qu'il a pu susciter comme réaction et action.
Il me semble qu'une création est réussie si elle provoque des sentiments et qu'elle ne laisse pas indifférente, de ce point de vue là c'est gagné!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire: